728x90

BON JOVI AU CENTRE BELL

En ce jeudi 14 février, j’ai eu la chance de passer la Saint-Valentin en compagnie du groupe phare de la power ballad, Bon Jovi. Les critiques du concert étant relativement élogieuses, je savais que je passerais une bonne soirée. Honnêtement, je ne suis pas une fan de la formation originaire du New Jersey mais je connais par coeur les nombreux tubes que les radios nous passent en boucle. Et je dois aussi admettre que même si les chansons sont convenues, Bon Jovi nous offre toujours un produit de qualité.

<!–more–>

Image de prévisualisation YouTube

Malheureusement, on a eu droit à un concert fort décousu, qui n’a jamais vraiment levé. La faute en est du fait que le groupe a joué plusieurs chansons de son nouvel album What about now qui ne paraîtra que le 12 mars ainsi que quelques obscures titres des ses derniers disques beaucoup moins connus. Au total, sur les 25 chansons de la soirée, seulement 13 hits (et pas les meilleurs, incluant le nouveau titre Because we can) étaient au programme et rarement plus de deux à la suite ce qui créait un malaise dans la salle. Le chanteur s’est même exclamé en début de spectacle:  »Levez-vous de votre siège, vous êtes à un concert de Bon Jovi!  ». Bien sûr, mais il aurait fallu avoir une raison de se lever…

Image de prévisualisation YouTube

On a évidemment (et heureusement) eu droit au segment balades en milieu de concert avec (You want to) Make a memory, Bed of roses et I’ll be there for you. Les téléphones cellulaires se sont allumés et je peux vous affirmer  m’être époumoné sans honte. La voix de Jon Bon Jovi était puissante et juste tout au long de la soirée tandis que Richie Sambora était plus que solide à la guitare électrique. La compagnie québécoise Moment factory a crée les magnifiques projections que l’on a pu voir sur des colonnes en constant mouvement (je n’aurais pas voulu être assise derrière la scène…). Deuxième moment de grâce, à la toute fin du spectacle. Le groupe a enchaîné de gros succès en commençant par Bad medicine avec des ombres chinoises de femmes lascives en décor suivi de Runaway, Have a nice day et Livin’ on a prayer. Flashback des années 80 garanti!

Image de prévisualisation YouTube

Finale mi figue mi raisin avec I’ll sleep when i’m dead et I love this Town, un peu à l’image du concert. La personne avec qui j’étais, fan finie du groupe, se promet de revenir les voir au mois d’août lorsqu’elle connaîtra le nouvel album par coeur. On ne peut qu’imaginer ce qu’aurait pu être ce spectacle si Bon Jovi n’avait pas insisté pour jouer ses morceaux encore inconnus du publics. Les quelques moments forts de la soirée étaient vraiment géniaux et on en aurait pris vraiment plus.

LISTE DES CHANSONS (14 FÉVRIER 2013)
<ul>
<li>You Give Love a Bad Name</li>
<li>Lost Highway</li>
<li>Because we can</li>
<li>That’s what the water made me</li>
<li>Superman tonight</li>
<li>It’s my life</li>
<li>What about now</li>
<li>Born to be my baby</li>
<li>We got it goin’ on</li>
<li>Keep the faith</li>
<li>(You want to) Make a memory</li>
<li>Bed of roses</li>
<li>I’ll be there for you</li>
<li>Army of one</li>
<li>We weren’t born to follow</li>
<li>What’s left of me</li>
<li>Wanted dead or alive</li>
<li>Who says you can’t go home</li>
<li>Captain Crash and the beauty queen from mars</li>
<li>Bad medicine</li>
<li>Runaway</li>
<li>Have a nice day</li>
<li>Livin’ on a prayer</li>
<li>I’ll sleep when i’m dead</li>
<li>I love this town</li>
</ul>
Critique par Julie Montpetit (@juliejadore1)

&nbsp;

&nbsp;

&nbsp;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

728x90
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline